jeudi 15 juin 2017

La place des traditions africaines au sein des religions révélées

 Possotomé, un village habité par le Vaudou par Jérémie Evrard (Eco-Bénin)

Aujourd'hui, pas de recette pratique pour sublimer votre peau et vos cheveux, pas de conseils de beauté.. mais un sujet tout de même très important et intéressant à aborder. 
Nous consentons tous à dire que nous vivons une ère d'éveil et de désir de changement ardent pour les africains. Nous sommes aujourd'hui encore plus nombreux à avancer des arguments solides sur l'importance de la consommation locale, la richesse de notre continent, la beauté de notre culture, ... Mais il reste un sujet abordé de façon plus timide, c'est celui de la place de la culture africaine dans les religions révélées (je ferai ici un focus sur le vaudou et le christianisme).

Nul besoin de rappeler le rejet que subissent  nos rites et traditions ancestrales jugés obscurs et très loin de la volonté de Dieu, notamment par le christianisme. Pour ma part, depuis toute petite j'ai appris que mes ancêtres croyaient en plusieurs dieux, que le vaudou pratiqué par certaines ethnies était un culte voué aux démons mais qu'heureusement, les colons étaient parvenus à nous sauver de tout cela par l'évangélisation de nos territoires (en parallèle de la réduction à l'esclavage...).  Et je dois avouer que ces propos m'ont toujours paru très justes et ont fortement participé à m'orienter dans la foi. Le problème actuel est qu'en effectuant un minimum de recherches, on voit que la vérité n'est pas toujours ce qu'il y paraît. Par exemple, dans le cahier 27 de son petit manuel d'humanité, Jacques Henri PREVOST soulève un point important sur la signification réelle de ce que l'on appelle "fétiche", à savoir ce petit objet dit idolâtré dans la religion vaudou. Il explique que le petit objet représenterait en fait la demeure de l'esprit dont on chercherait à se rapprocher durant le rite. La demeure, et donc l'objet ne serait pas vénéré mais serait comme un moyen physique d'accéder à une divinité, de demander son aide, sa protection. Jacques Henri PREVOST revient également sur le polythéisme prétendu des religions ancestrales, toujours le vaudou en particulier. Il affirme que les entités célébrées durant les rites représenteraient les maîtres des différentes forces naturelles, elles ne seraient pas assimilables à des dieux mais plutôt à des saints. Les pratiquants du vaudou croiraient donc à une puissance surnaturelle suprême dont ils essaieraient de se rapprocher par l'intermédiaire de forces diverses. 
On peut d'une certaine manière faire l'amalgame entre la religion chrétienne (surtout le catholicisme) et le vaudou en considérant uniquement la forme. Le christianisme est également parfois perçu comme une religion d’idolâtrie car les images de la Bible comme la vierge Marie ou son fils Jésus sont représentables sous forme de statuettes. Mais lors de la prière, ce n'est pas l'objet qui est loué, c'est bien l'image spirituelle à laquelle elle est liée. De même, il existe plusieurs Saints dans la religion chrétienne qui sont souvent priés pour intercéder en la faveur des croyants auprès de la puissance suprême qui est le seul Dieu. 

Ces quelques informations font réagir sur la méconnaissance des religions traditionnelles au départ par les colons qui ont su changer le regard des descendants africains sur leurs propres traditions de façon radicale. Dans son célèbre livre Purple hibiscus, Chimamanda NGOZI ADICHIE revient sur l'écrasement de la culture africaine par le christianisme. A travers ses écrits elle fait fortement ressentir les efforts fournis par les occidentaux pour nous faire oublier qui nous sommes. Ce point est très important dans la recherche de la vérité dans la spiritualité. Il est en effet difficile de garder confiance en un concept qui a autrefois été utilisé pour nous asservir. Même si l'église a depuis demandé pardon pour le rôle qu'elle a pu jouer dans l'esclavage et qu'il est absolument nécessaire de dissocier l'homme qui a agit au nom de Dieu et la parole divine elle-même transcrite dans les saintes écritures, il reste à se demander si les religions ancestrales ont alors été condamnées à raison. Si non, où se trouve alors le vrai chemin à suivre?  
Je crois avec ferveur que l'Afrique est le berceau de l'humanité et de la spiritualité, mais pas la spiritualité qui nous a été décrite. Si aujourd'hui certains nous appellent les maudits de l'histoire, c'est parce que nous avons été contraints de renier ce que nous sommes et qu'on n'arrive à aller nulle part parce qu'on ne sait plus d'où l'on vient.  

Cet article n'a absolument pas pour but de donner une énième opportunité de se morfondre sur les méfaits de l'esclavage ou de cultiver une haine homme blanc/homme noir. L'asservissement des africains est abordé ici parce qu'il est impossible d'analyser nos problèmes sociaux actuels en ignorant l'esclavage qui fait partie intégrante de notre histoire. Cet article est là pour analyser la pertinence et la cohérence de nos beaux discours sur le retour aux sources africaines face à la pratique des religions révélées. Il ne s'agit pas de rejeter nos croyances actuelles mais il est question de se poser les bonnes questions, d'effectuer des recherches et d'orienter notre foi en âme et conscience, pour des raisons que nous avons choisies et non celles qui nous ont été imposées.






Pour plus d'informations ...

Art, Sciences, Hommes et Dieux, http://jacques.prevost.free.fr/cahiers/cahier_27.htm#a1
Purple hibiscus, Chimamanda NGOZI ADICHIE, 4th Estate, Great Britain, 2004
LaCroix, http://www.la-croix.com/Archives/2003-10-07/L-Eglise-d-Afrique-demande-pardon-pour-assumer-le-passe-esclavagiste-_NP_-2003-10-07-191953
Ecotourisme au Bénin, https://ecotourismebenin.wordpress.com/2017/03/06/possotome-un-village-habite-par-le-vaudou/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Bienvenue sur mon blog, un concentré de petits secrets pour construire sa beauté pas à pas et préserver son bien-être. "Saine et belle", c'est la vision d'une beauté 100% naturelle qui découle de la santé de l'organisme et qui défie les codes imposés par nos sociétés actuelles.

© Saine et belle, AllRightsReserved.

Designed by ScreenWritersArena