dimanche 25 janvier 2015

Comment l'acné est-elle liée à l'alimentation



Lors de mon précédent article, j’ai grossièrement exposé les rapports entre acné et alimentation. Aujourd’hui j’ai souhaité expliquer ces relations plus en détail, en me basant sur des théories scientifiques avancées par le Dr. Jean Seignalet et le Pr. Loren Cordain.


Mécanisme de l’acné selon le Dr. Jean Seignalet

Pionnier des greffes d’organes et de tissus, le Dr. Jean Seignalet s’est aussi fait connaitre grâce à son programme d’alimentation spécialisé ayant soigné une liste exhaustive de maladies. Il considère l’acné comme une pathologie d’élimination cutanée.

  • Le problème de l’intestin grêle

Le grêle est une surface d’échange immense entre les milieux intérieur et extérieur de l’organisme. Il permet l’absorption des nutriments. Cette absorption se fait de manière sélective, donc toutes les macromolécules ne regagneront pas la circulation sanguine. Certaines, constituant les déchets, sont rejetées hors de l’organisme. Ainsi, d’une certaine façon, le grêle joue un rôle de protection de l'organisme en formant une barrière le séparant des toxines. Le fait est que, suite à certains facteurs, cette barrière peut devenir hyperperméable, laissant passer dans le sang diverses molécules néfastes. Ces facteurs agissent en agressant les entérocytes (cellules de l’intestin grêle) et en les détruisant. 


Le grêle est rempli de bactéries constituant ce qu’on appelle la flore intestinale. Cette flore est régie par un équilibre acido-basique interne et est normalement constituée d’une proportion élevée de « bonnes bactéries » qui, par exemple, assurent l’hydrolyse de molécules qu’il est impossible aux humains de digérer par manque d’enzymes adéquates. Seulement, l’alimentation moderne est plus acide que basique, ce qui change le pH interne, détruit les bonnes bactéries et favorise un développement excessif des mauvaises. On passe alors d’une flore de macération à une flore de putréfaction. Les mauvaises bactéries peuvent se fixer aux cellules du grêle, les détruire et ainsi favoriser l’entrée des toxines dans le milieu interne. Les aliments acides sont secs (sel, sucre, céréales) tandis que les basiques sont ceux riches en eau (légumes, fruits). Une assiette bien composée comprend une proportion importante d’aliments calcifiants et une plus petite quantité d’aliments acidifiants.

Lorsqu’on mange mal, on peut donc défavoriser le rôle de barrière que joue l’intestin. Certains déchets retournent dans les cellules, drainés par le sang. Cependant, le corps cherche toujours à les évacuer coûte que coûte. C’est là que la peau prend le relais chez les personnes à tendance acnéique.

  • La pathologie d’élimination cutanée

Il ne faut pas oublier que la peau est aussi un émonctoire. La séborrhée et la kératinisation seraient en fait deux voies d’élimination de macromolécules toxiques présentes dans l’organisme. Plus on a de déchets, plus il y aura sécrétion de sébum et de multiplication des kératinocytes pour les évacuer à la surface de l’épiderme. Les nombreux leucocytes retrouvés dans le pus de certains boutons ne seraient pas seulement impliqués dans un mécanisme de défense de la peau mais aussi dans un mécanisme d’élimination. Pour défavoriser le processus d’élimination cutanée et ainsi freiner l’hyperséborrhée et l’hyperkératinisation, il convient d’arrêter d’ingérer des toxines. Celles-ci étant essentiellement générées par les aliments que j’ai listés ici





Mécanisme de l’acné inspiré de la théorie du Pr. Loren Cordain

Le Pr. Loren Cordain est un expert en nutrition et auteur du livre « The paleo diet ». Il insiste sur l’effet des sucres raffinés dans le mécanisme d’apparition de l’acné. 

Après un repas, le pancréas sécrète une hormone appelée insuline chargée d’internaliser le glucose ingéré. L’insuline ne travaillant pas seule, elle stimule la production d’hormones androgènes ayant pour conséquence de stimuler la production de sébum, et des hormones de croissance accélérant quant' à elles le renouvellement cellulaire. C’est là que la situation devient propice à l’acné. 

Avec l’alimentation moderne extrêmement riche en sucre, notre pancréas est trop sollicité, ce qui aboutit à une résistance de l’organisme à l’insuline. Pour contrer cette résistance, le pancréas sécrète encore plus d’insuline, donc encore plus d’hormones sont libérées. 


D’un autre côté, les toxines provenant de l’alimentation moderne suscitent des réponses inflammatoires chroniques, ce qui a pour effet d’affaiblir le système immunitaire car l’organisme se défend en permanence contre des macromolécules nocives. 


L’index glycémique mesure la capacité d’un aliment à élever la glycémie (taux de sucre dans le sang). Pour éviter d’épuiser le pancréas, il faut donc privilégier les aliments à index glycémique bas et le sucre complet plutôt que le sucre de table blanc raffiné. Mais le Pr. Cordain rejoint aussi le Dr. Seignalet sur ce qui est de la suppression des aliments précédemment cités (Je vous remets le lien). 


Mécanisme de l'acné inspiré de la théorie du Pr. Cordain


Notons que ce n’est pas l’alimentation qui est la cause de l’acné. Ce n’est qu’un facteur déclenchant. La réelle origine de l’acné est un affaiblissement des organes à cause de l’accumulation de toxines. Cet affaiblissement se traduit par une porosité de l’intestin grêle qui n’arrive plus à éliminer les déchets à lui seul et les laisse repartir dans le sang, une déficience du système immunitaire et une résistance à l’insuline. 



Sources :


L'alimentation ou la 3è médecine du Dr. Jean Seignalet


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Bienvenue sur mon blog, un concentré de petits secrets pour construire sa beauté pas à pas et préserver son bien-être. "Saine et belle", c'est la vision d'une beauté 100% naturelle qui découle de la santé de l'organisme et qui défie les codes imposés par nos sociétés actuelles.

© Saine et belle, AllRightsReserved.

Designed by ScreenWritersArena