samedi 31 janvier 2015

Mousse au chocolat et éclats de dattes à l'orange

Contrairement aux idées reçues, manger sain et manger du chocolat ne sont absolument pas incompatibles. Seulement, il ne faut pas en abuser et surtout il faut bien choisir. Du chocolat avec une teneur en cacao inférieure à 75% n'est pas du chocolat, c'est du sucre enrobé de cacao. Si en plus, dans la composition il y a plutôt du sucre non raffiné, c'est encore mieux !
 
Je vous propose alors ce dessert occasionnel qui j'espère, ravira vos papilles!
 
 
 
Pour 3 personnes :
 
  • 100 g de chocolat noir 85%
  • 2 cuillères à soupe de cacao pur
  • 150 mL de crème de coco (Marque Kara ou Suzi Wan car elles contiennent beaucoup de pulpe de coco et pas juste de l'eau et des conservateurs)
  • 2 grosses cuillères à soupe de sucre de canne roux non raffiné
  • 3 œufs issus de l'agriculture biologique                      
  • 100 grammes de dattes fraîches dénoyautées ou non (Attention! Si vous les achetez en grande surface, choisissez des dattes sans ajout de sucre, sirop de glucose-fructose, etc)
  • 20 gouttes d'huile essentielle d'orange ou le zeste d'une orange
  • Une pincée de sel
 
Faites fondre la tablette de chocolat au bain-marie. Rajoutez la crème de coco puis le cacao en poudre de sorte à former une pâte bien lisse de consistance plutôt épaisse. Mettez le sucre et mélanger bien pour dissoudre les grains.
Séparez les blancs des jaunes d'œufs. Battez les blancs en neige en y ajoutant la pincée de sel et mélangez les jaunes à la préparation de chocolat. Incorporez-y alors les blancs d'œufs battus en neige cuillère par cuillère en remuant très légèrement. Répartissez la préparation en 3 coupes en les remplissant aux 3/4 et conservez au réfrigérateur au moins 3 heures.



Découpez les dattes en petits morceaux et ajoutez l'huile essentielle ou un peu de zeste d'orange râpé.
Lorsque la mousse au chocolat est prête, remplissez les coupes en ajoutant les dattes. Servez bien frais.
 
 
Bon appétit !
 
Read More

A quoi est réellement due mon acné ? : Les règles d’hygiène

La peau est le premier organe de défense contre les organismes pathogènes. Elle joue donc entre autres un rôle de protection et il est nécessaire de prendre soin d’elle en respectant des règles d’hygiène simples. Ces règles sont importantes à suivre, surtout en cas d’acné.


1.       Le nettoyage
Il s’agit de débarrasser la peau de toutes les impuretés éliminées durant la nuit ou accumulées au cours de la journée. On nettoie sa peau, on ne la décape pas. Nul besoin de frotter son visage avec du coton ou une éponge trop rêche.

Nettoyez votre visage deux fois par jour avec un nettoyant doux correspondant à votre type de peau. Versez une noisette du produit dans le creux de la main et faites moussez avec vos doigts préalablement lavés. Si vous aimez les accessoires, optez pour une éponge faciale naturelle douce et non décapante.
Dans le cas où vous vous maquillez, ne sautez pas l’étape démaquillage avant le nettoyage. Vous n’avez plus besoin d’utiliser du coton qui agresse la peau, il existe aujourd’hui une panoplie d’huiles démaquillantes très efficaces. Massez doucement votre peau avec une huile démaquillante de sorte à enlever tout le maquillage puis rincez à l’eau tiède. Avoir une peau grasse n'implique pas forcément de rester à l’écart des huiles, le tout est de bien les choisir et de savoir doser.

Evitez le maquillage trop couvrant et trop gras si vous avez de l’acné. Choisissez des fonds de teints fluides pour ne pas étouffer vos pores et des poudres libres qui absorberont votre excès de sébum.
Une fois, voire deux fois par semaine maximum, réalisez un masque qui va désincruster les pores et donc nettoyer la peau plus en profondeur. Les masques doivent être suivis par une bonne hydratation car ils ont tendance à assécher la peau. Personnellement, je ne suis pas adepte des gommages mécaniques en cas d’acné car trop agressifs. Pour exfolier la peau, optez plutôt pour des produits à effet « peeling » en général riches en acides de fruits.


2.       L’hydratation et la nutrition
Cette étape est cruciale pour le maintien d’une peau en bonne santé. La peau, comme toutes les membranes biologiques se compose essentiellement de molécules d’eau emprisonnées par des corps gras et des protéines qui assurent sa structure.

Quelque soit son type de peau, il faut l’hydrater et cela commence à l’intérieur. La peau puise d’abord l’eau dont elle a besoin au sein de l’organisme. Les soins riches en eau que vous lui apporterez ne viendront qu’en complémentation. Buvez beaucoup d’eau tout au long de  la journée,  au moins 1,5 litres.

En surface, appliquez après le nettoyage une crème hydratante riche en eau mais qui contient aussi un peu de gras. L’huile permet de garder les molécules d’eau sur la peau et donc de conserver l’hydratation tout au long de la journée. Cette hydratation maintient la peau souple et résistante. En plus, une peau bien hydratée est une peau qui vieillit moins vite. La crème hydratante s’utilise essentiellement le matin, et le soir selon les besoins. Si après avoir nettoyé votre peau le soir celle-ci tiraille, c’est qu’elle a à nouveau besoin d’être hydratée.


3.       La protection
Ne vous exposez pas au soleil sans protection. En été comme en hiver, appliquez un écran solaire par-dessus votre crème hydratante. Même en étant protégés, évitez les expositions trop longues et mettez-vous à l’ombre autant que possible.

Plusieurs marques rivalisent pour vous proposer des produits nettoyants, hydratants et protecteurs. A vous de trouver celle qui vous convient le mieux et qui est la moins agressive.
En plus de suivre ces règles d’hygiène basiques, veillez à la propreté de chaque objet entrant en contact avec votre peau.
ü  Changez régulièrement vos taies d’oreiller, vos serviettes.
ü  Nettoyez de temps en temps vos téléphones, branches de lunettes.
ü  Certaines personnes constatent qu’elles n’ont des boutons que sur le côté du visage où elles laissent tomber leurs cheveux, changez de coiffure si besoin. Limitez aussi au maximum le contact de vos produits capillaires souvent trop gras sur certaines zones de votre visage, notamment le front et les tempes.
ü Ne triturez pas vos boutons à longueur de journée de crainte d'aggraver les lésions. De plus, en cassant négligemment un bouton, vous risquez de répandre son contenu et de contaminer les pores suivants.  Enfin, lavez-vous les mains souvent.

Read More

mardi 27 janvier 2015

Tortiglioni de sarrasin aux crevettes

J'insiste beaucoup sur l'importance de manger sainement. Je vous propose de constater aujourd'hui que je ne suis pas seulement là pour donner des directives. Bien manger c'est facile, mais quand on ne sait pas faire on est un peu perdu. D'autant plus que ça implique de tout cuisiner soi-même.
Je vous propose alors différentes recettes de plats goûteux et gourmands, extrêmement simples et rapides à réaliser. 
Si vous avez entrepris de manger mieux mais que les pâtes vous manquent déjà, voici la variante que je propose :


Pour 3 personnes :

  • 250 g de tortiglioni de sarrasin achetés en magasin bio
  • Une poignée de crevettes cuites
  • Un bouquet de brocolis
  • Une grosse carotte
  • un oignon
  • Une tomate
  • Un poivron
  • Une cuillère à soupe de vinaigre balsamique, une cuillère à soupe d'huile
  • 1/2 cuillère à café de curry, 1/2 cuillère à café d'ail finement haché, du sel, du poivre.

Dans une casserole faites bouillir de l'eau salée et versez-y les tortiglioni. Au-dessus de la casserole poser une passoire dans laquelle vous mettrez les fleurs de brocolis séparées. Cela va permettre de les cuire doucement à la vapeur. Cuisez les brocolis environ 4 minutes, les pâtes, 5 à 8 minutes selon vos goûts.
Découpez les poivrons et les oignons en lamelles, le reste des légumes en dés et décortiquez les crevettes.
Faites revenir les oignons et l'ail dans l'huile et ajoutez le curry. Ajoutez le quart d'un verre d'eau, salez, poivrez. Ajoutez les tortiglioni, les crevettes puis les légumes et mélanger. Arrosez du vinaigre balsamique. Attention, l'objectif n'est pas de cuire les légumes. Si vous avez lu mes précédents articles, vous savez pourquoi (Sinon cliquez ici , ou là ). Après les avoir mélangé aux reste de la préparation, vous pouvez donc arrêter le feu.

 

Bon appétit!!
 
Read More

lundi 26 janvier 2015

A quoi est réellement due mon acné ? : L’action des cosmétiques


Les produits cosmétiques trouvés en pharmacie ou dans le commerce sont la 1ère solution vers laquelle on se tourne dès l’apparition de nos premiers boutons. Toutes sortes de marques promettent des résultats miraculeux dès les 1ers jours d’utilisation, mais attention, toutes les cosmétiques ne se valent pas ! Une mauvaise utilisation de certains produits ou une utilisation de produits inadaptés à votre type de peau peut empirer votre acné. Dans ce cas, comment choisir ses produits cosmétiques ?

1.       J’identifie mon type de peau

Lorsqu’on a de l’acné, notre type de peau est le plus souvent classé en deux catégories :

ü  Peau grasse : ma peau a tendance à briller en début d’après-midi jusqu’en fin de journée. Je sens un film gras partout sur mon visage.

ü  Peau mixte : ma peau se met aussi à briller en milieu de journée, mais seulement sur la zone T (front, nez, menton).

Selon que la peau brille beaucoup ou pas, elle va être qualifiée de peau mixte, peau mixte à grasse, peau grasse, peau très grasse.

Les autres types de peau :

ü  Peau sèche : je sens ma peau manque de corps gras, elle se fragilise et dans le pire des cas elle se met à craqueler.

Il ne faut pas confondre peau sèche et peau déshydratée : une peau sèche souffre d’une sécrétion insuffisante de sébum et une peau déshydratée a tout simplement besoin qu’on lui apporte des soins riches en eau. Ainsi, une peau peut être grasse, mixte, sèche et déshydratée.

ü  Peau normale : mon organisme ne sécrète ni trop ni peu de sébum, je ne constate aucun problème particulier sur mon visage.
 
2.       Je choisis mes produits cosmétiques

Maintenant que votre type de peau est identifié, vous pouvez choisir avec quel produit la traiter. Un produit avec mention « peau grasse » pour les peaux grasses, ainsi de suite. Dans la mesure du possible, il faut privilégier les cosmétiques en pharmacie, ils sont de meilleure qualité que ceux du commerce.

Lorsque vous avez choisi vos cosmétiques, le tout est de respecter ce qui est dit sur la boite, ou la notice. Ne faites pas un masque tous les jours si sur la boite il est écrit « 1 à 2 fois par semaine par exemple ». Cela semble aller de soi, mais certains perdent trop souvent patience et augmentent la fréquence de leurs soins pensant qu’ils se révèleront plus efficaces.

Un produit cosmétique n’est pas un produit miracle ! Ne vous attendez pas à guérir de votre acné après deux jours d’utilisation, il faut un temps d’adaptation de la peau au produit. Ne changez donc pas votre crème de jour toutes les semaines. Pour juger de l’efficacité d’un produit cosmétique, il faut l’utiliser pendant au moins un mois.

3.       Le problème des produits cosmétiques

Comme expliqué plus haut, un produit cosmétique n’est pas un produit miracle. Seulement, certaines marques se plaisent à promettre trop de résultats positifs en trop peu de temps. Evitez autant que possible les produits qu’elles proposent. Cela peut sembler paradoxal, car quand on souffre d’acné, on veut justement se débarrasser au plus vite de ses boutons. Il est vrai que la société actuelle nous a habitués à avoir tout, tout de suite. Plus besoin de cuisiner nous-mêmes, on nous propose des plats déjà prêts. Plus besoin de réfléchir à la solution d’un problème mathématique, Google nous fournit la réponse sur un plateau en moins de temps qu’il nous en faut pour lancer la recherche. Pour les cosmétiques, c’est pareil, nous avons perdu patience et voulons soigner très vite notre acné en oubliant que notre peau suit un cycle biologique et qu’elle guérit donc à son rythme.

Un produit sensé agir très vite sera en conséquence très agressif. Il sera bourré de produits chimiques qui vont combattre l’acné à la place de l’organisme lui-même. Ainsi, plus besoin que le cycle biologique très long se mette en place, les boutons sont « gommés » par l’action de ces molécules chimiques. Donc dans un premier temps, plus de boutons. Dans un second temps, la peau se sent agressée, elle cherche à se défendre. Le sébum étant sa protection, elle en sécrète plus. Plus de sébum, plus de boutons, plus de produits… Ne tombez pas dans ce cercle vicieux. Souvenez-vous : un bon produit cosmétique n’est pas un produit qui travaille à la place de la peau, mais est un produit qui aide la peau à travailler !

En règle générale, un produit cosmétique est souvent agressif, qu’il promette des miracles ou pas. En effet, lorsqu’on a la peau grasse, c’est que notre couche cornée (zone la plus superficielle de l'épiderme) est très épaisse. Les produits cosmétiques réduisent au maximum cette épaisseur en éliminant des cellules de la peau en surface. Il s’agit donc d’une exfoliation poussée qui n’est pas supportée par toutes les peaux.

4.       Je pallie aux problèmes posés par les cosmétiques

Il faut choisir des produits cosmétiques doux et même pour peau sensible si vous en ressentez le besoin. Ils n’en seront pas moins efficaces. Leur effet mettra dans certains cas plus de temps à se faire sentir, mais il sera durable. On opte aussi pour les produits ayant un pH respectueux, c’est-à-dire plutôt acide ou neutre.

Il existe cependant des produits qui respectent complètement l’équilibre de la peau en général, ce sont les produits naturels. Quoi de mieux que d’aider votre peau à guérir de l’acné en lui fournissant des molécules existant dans la nature et qu’elle connait déjà ? Pour en savoir plus sur ces produits, rendez-vous lors de mes prochains articles!
Read More

dimanche 25 janvier 2015

A quoi est réellement due mon acné

Nous l’avons vu (ici), l’acné peut dans bien des cas être soignée en adoptant un mode de vie sain. Cependant, dans certains cas, notamment d’acné légère (moins de 10 boutons enflammés), de simples règles d’hygiène peuvent aussi amplement faire leur effet.

 
Il convient alors pour chacun d’identifier  la cause réelle de l’acné pour la guérir efficacement.
Les principales causes potentielles de l’acné sont :
 
ü  Une résistance à l’insuline, un système immunitaire affaibli (ici)

 
ü  Une utilisation de produits cosmétiques non adaptés au type de peau
 
ü  Une utilisation de cosmétiques trop agressifs
 
ü  Des règles d’hygiène non respectées (nettoyage, hydratation, nutrition, protection)
 
ü  Une exposition au soleil trop prolongée sans protection
 
ü  Dans le cas des peaux noires surtout, une inadaptation à un climat étranger

 
Pour vous aider à déterminer de quel type d’acné vous souffrez, je vous propose une série d’articles dans lesquels seront expliqués les gestes de bases à adopter pour limiter l’apparition des boutons. Si une bonne hygiène ne suffit pas pour guérir, n’hésitez pas à demander l’avis d’un dermatologue. Etudiez les solutions qu’il vous propose et leurs conséquences potentielles. Si vous ressortez de votre rendez-vous dubitatif, le choix du changement d’alimentation vous reste offert. Dans ce cas, vous serez bien encadrés par un naturopathe.
 
 



Read More

Comment l'acné est-elle liée à l'alimentation



Lors de mon précédent article, j’ai grossièrement exposé les rapports entre acné et alimentation. Aujourd’hui j’ai souhaité expliquer ces relations plus en détail, en me basant sur des théories scientifiques avancées par le Dr. Jean Seignalet et le Pr. Loren Cordain.


Mécanisme de l’acné selon le Dr. Jean Seignalet

Pionnier des greffes d’organes et de tissus, le Dr. Jean Seignalet s’est aussi fait connaitre grâce à son programme d’alimentation spécialisé ayant soigné une liste exhaustive de maladies. Il considère l’acné comme une pathologie d’élimination cutanée.

  • Le problème de l’intestin grêle

Le grêle est une surface d’échange immense entre les milieux intérieur et extérieur de l’organisme. Il permet l’absorption des nutriments. Cette absorption se fait de manière sélective, donc toutes les macromolécules ne regagneront pas la circulation sanguine. Certaines, constituant les déchets, sont rejetées hors de l’organisme. Ainsi, d’une certaine façon, le grêle joue un rôle de protection de l'organisme en formant une barrière le séparant des toxines. Le fait est que, suite à certains facteurs, cette barrière peut devenir hyperperméable, laissant passer dans le sang diverses molécules néfastes. Ces facteurs agissent en agressant les entérocytes (cellules de l’intestin grêle) et en les détruisant. 


Le grêle est rempli de bactéries constituant ce qu’on appelle la flore intestinale. Cette flore est régie par un équilibre acido-basique interne et est normalement constituée d’une proportion élevée de « bonnes bactéries » qui, par exemple, assurent l’hydrolyse de molécules qu’il est impossible aux humains de digérer par manque d’enzymes adéquates. Seulement, l’alimentation moderne est plus acide que basique, ce qui change le pH interne, détruit les bonnes bactéries et favorise un développement excessif des mauvaises. On passe alors d’une flore de macération à une flore de putréfaction. Les mauvaises bactéries peuvent se fixer aux cellules du grêle, les détruire et ainsi favoriser l’entrée des toxines dans le milieu interne. Les aliments acides sont secs (sel, sucre, céréales) tandis que les basiques sont ceux riches en eau (légumes, fruits). Une assiette bien composée comprend une proportion importante d’aliments calcifiants et une plus petite quantité d’aliments acidifiants.

Lorsqu’on mange mal, on peut donc défavoriser le rôle de barrière que joue l’intestin. Certains déchets retournent dans les cellules, drainés par le sang. Cependant, le corps cherche toujours à les évacuer coûte que coûte. C’est là que la peau prend le relais chez les personnes à tendance acnéique.

  • La pathologie d’élimination cutanée

Il ne faut pas oublier que la peau est aussi un émonctoire. La séborrhée et la kératinisation seraient en fait deux voies d’élimination de macromolécules toxiques présentes dans l’organisme. Plus on a de déchets, plus il y aura sécrétion de sébum et de multiplication des kératinocytes pour les évacuer à la surface de l’épiderme. Les nombreux leucocytes retrouvés dans le pus de certains boutons ne seraient pas seulement impliqués dans un mécanisme de défense de la peau mais aussi dans un mécanisme d’élimination. Pour défavoriser le processus d’élimination cutanée et ainsi freiner l’hyperséborrhée et l’hyperkératinisation, il convient d’arrêter d’ingérer des toxines. Celles-ci étant essentiellement générées par les aliments que j’ai listés ici





Mécanisme de l’acné inspiré de la théorie du Pr. Loren Cordain

Le Pr. Loren Cordain est un expert en nutrition et auteur du livre « The paleo diet ». Il insiste sur l’effet des sucres raffinés dans le mécanisme d’apparition de l’acné. 

Après un repas, le pancréas sécrète une hormone appelée insuline chargée d’internaliser le glucose ingéré. L’insuline ne travaillant pas seule, elle stimule la production d’hormones androgènes ayant pour conséquence de stimuler la production de sébum, et des hormones de croissance accélérant quant' à elles le renouvellement cellulaire. C’est là que la situation devient propice à l’acné. 

Avec l’alimentation moderne extrêmement riche en sucre, notre pancréas est trop sollicité, ce qui aboutit à une résistance de l’organisme à l’insuline. Pour contrer cette résistance, le pancréas sécrète encore plus d’insuline, donc encore plus d’hormones sont libérées. 


D’un autre côté, les toxines provenant de l’alimentation moderne suscitent des réponses inflammatoires chroniques, ce qui a pour effet d’affaiblir le système immunitaire car l’organisme se défend en permanence contre des macromolécules nocives. 


L’index glycémique mesure la capacité d’un aliment à élever la glycémie (taux de sucre dans le sang). Pour éviter d’épuiser le pancréas, il faut donc privilégier les aliments à index glycémique bas et le sucre complet plutôt que le sucre de table blanc raffiné. Mais le Pr. Cordain rejoint aussi le Dr. Seignalet sur ce qui est de la suppression des aliments précédemment cités (Je vous remets le lien). 


Mécanisme de l'acné inspiré de la théorie du Pr. Cordain


Notons que ce n’est pas l’alimentation qui est la cause de l’acné. Ce n’est qu’un facteur déclenchant. La réelle origine de l’acné est un affaiblissement des organes à cause de l’accumulation de toxines. Cet affaiblissement se traduit par une porosité de l’intestin grêle qui n’arrive plus à éliminer les déchets à lui seul et les laisse repartir dans le sang, une déficience du système immunitaire et une résistance à l’insuline. 



Sources :


L'alimentation ou la 3è médecine du Dr. Jean Seignalet


Read More

Soigner son acné en mangeant

Voici le premier article d’une très longue série je l’espère. Dans cette rubrique, je ne traiterai que des sujets en rapport avec l’entretien de la peau au naturel, qu’elle soit saine ou en proie à des pathologies, principalement l’acné. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir d’où vient l’acné et quels sont ses rapports méconnus à l’alimentation.
L’acné est une maladie inflammatoire chronique qui confère à la peau un aspect inesthétique. En cela, elle est souvent à l’origine d’un manque d’estime de soi chez les personnes atteintes. Véritable fléau, l’acné est pourtant une maladie bénigne tout à fait curable, mais par des méthodes pas toujours sans conséquences. Pour contrer ces méthodes, plusieurs scientifiques ont établi des hypothèses sur les origines réelles de l’acné et les moyens la soigner sans danger.
 
 Le mécanisme connu de l’acné
 
L’apparition de l’acné résulte de la combinaison de trois phénomènes que sont :
Ø  Une production excessive de sébum (substance grasse protectrice de la peau) par les glandes sébacées
Ø  Une obstruction du follicule pileux due à une multiplication de certaines cellules cutanées (kératinocytes) plus rapide que leur élimination.
Ø  Prolifération incontrôlée de la bactérie Propionibacterium acnes au sein du pore, provoquant une inflammation.


                                                        Mécanisme général de l’acné
 
 
Acné et alimentation moderne
 
Plusieurs chercheurs s’accordent à dire que l’acné est une maladie des temps modernes, au même titre que le diabète, l’hypercholestérolémie, ou encore le cancer. En effet, ces pathologies sont inexistantes au sein des populations autochtones ayant conservé une alimentation de type ancestral (peuple zoulou d'Afrique, Papous, etc). Plusieurs hypothèses scientifiques ont alors été avancées pour tenter d’expliquer en quoi l’alimentation moderne nuit à la santé générale.
On sait que nos enzymes digestives sont génétiquement programmées pour reconnaitre des molécules alimentaires bien spécifiques. Cependant, du fait des méthodes de culture actuelles et des procédés de transformation chimique ou génétique des aliments, ces molécules ont eu tendance à changer de conformation au cours du temps. Ainsi, leur reconnaissance par les enzymes est amoindrie et la digestion ne se fait donc pas de manière optimale. C’est de là que proviendrait la genèse de molécules toxiques nuisibles à la santé. Ces molécules toxiques, l’organisme cherche à les éliminer par tous les émonctoires, notamment par la peau.
 
Ce sont alors nos gènes qui déterminent nos besoins nutritionnels. Ceux-ci n’ont évolué que de 0,02% depuis 40000 ans. Le début du paléolithique étant estimée à environ 3, 000,000 d’années et sa fin à environ 8000-9000 ans, nous possédons donc le même patrimoine génétique que nos ancêtres. De ce fait, c’est l’alimentation de cette époque qui nous conviendrait le mieux.
 
Alors, comment mangeait-on à l’ère préhistorique ? Et bien on mangeait cru, et surtout il n’existait pas de plats tout prêts à réchauffer dans un engin communément appelé micro-ondes. On respectait les produits généreusement offerts par la nature et on les ingérait en ne leur apportant aucune modification que ce soit. Le problème des plats déjà cuisinés de l’industrie alimentaire est qu’ils sont bourrés de substances nocives  et d’exhausteurs de goût (conservateurs, mauvaises graisses, sucre, sel).
 
Le Dr. Jean Seignalet était un pionnier des greffes d’organes et de tissus. Il s’est aussi  fait connaitre grâce à son programme d’alimentation spécialisé ayant soigné une liste exhaustive de maladies. Il considère l’acné comme une pathologie d’élimination cutanée. Il recommande d’éviter au maximum un certain nombre d’aliments car ayant subi trop de mutations au cours du temps ou générant trop de toxines :
 
Ø  Les laits animaux : en particulier le lait de vache dont la teneur en calcium est beaucoup trop élevée pour les besoins humains, contrairement aux idées reçues. De plus, avec les méthodes d’élevage modernes axées sur une production massive, les animaux sont gavés d’hormones et d'autres produits néfastes en tout genre. Lorsqu’on a de l’acné, celle-ci est souvent étroitement liée à un dérèglement hormonal, donc on évitera d’aggraver notre cas en ingérant encore plus d’hormones.
Ø  Les céréales ayant subi au cours du temps des mutations génétiques trop importantes comme le blé, l’orge, le seigle, l’épeautre, le maïs. On sait aussi maintenant que la cuisson du blé génère une molécule s’accumulant sur les parois de l’intestin : le gluten. Certaines personnes qui y sont intolérantes peuvent développer de l’acné, toujours dans le cadre d’une tentative d’élimination par voie cutanée.
Ø  Les aliments excessivement cuits : Selon le Dr. Seignalet, la cuisson au-delà de 110°C génèrerait des toxines et les aliments cuits les plus à craindre sont les viandes et les œufs. L’idéal serait de manger cru autant que possible.
Ø  Les huiles raffinées : il faut privilégier autant que possible les huiles vierges de première pression à froid.
 
Si après toutes ces recommandations vous vous sentez perdus et très perplexes, c’est tout à fait normal. Vous avez l’impression que vous ne pouvez plus rien manger ? Détrompez-vous, on recense à ce jour 1800 aliments différents existant à la portée de l’humain. Il y a donc bien une vie après les pâtes et le riz… Je le répète, cet article n’est que le premier d’une longue série. Je m’emploierai donc à expliciter les théories mises en avant par les chercheurs pour démontrer la relation entre acné et alimentation.
 
Read More
Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Bienvenue sur mon blog, un concentré de petits secrets pour construire sa beauté pas à pas et préserver son bien-être. "Saine et belle", c'est la vision d'une beauté 100% naturelle qui découle de la santé de l'organisme et qui défie les codes imposés par nos sociétés actuelles.

© Saine et belle, AllRightsReserved.

Designed by ScreenWritersArena