Saine et belle

dimanche 27 août 2017

Mouvement Nhappy : tout partait d'un bon sentiment

                   


fr.123rf.com

Il n'est pas question de rappeler une ènième fois les origines du mouvement Nhappy et le pourquoi du comment. Nous savons tous (ou du moins à peu près..) comment tout a commencé. Cet article a surtout pour but de mettre en avant quelques points que je désapprouve personnellement dans le mouvement actuel. En portant nos cheveux au naturel, beaucoup ne mènent de toute évidence plus le même combat qu'à l'époque et  il semblerait parfois que nous ne menions même pas le même combat entre nous femmes noires du monde.

Dans cet article, j'avais déjà émis une première critique du mouvement Nhappy qui selon moi ne profite pas le plus aux femmes noires. Beaucoup de ferventes Nhappy disent retrouver leur identité culturelle dans leurs cheveux et être pour une nouvelle ère dédiée à la beauté noire et au développement de leur beau continent. Mais elles ne voient pas ces leaders de la cosmétique qui s'approprient leurs valeurs pour mieux s'enrichir... toujours sur notre dos.  

La Nhappy qui ne supporte plus ses soeurs aux cheveux défrisés alors qu'elle même a carburé au dark and lovely la majorité de sa vie... On en parle? Oui tout le monde a le droit de changer d'avis sur son mode de vie en général et de prendre des décisions radicales. Mais cela justifie t-il de jeter ses foudres sur celui dont les opinions diffèrent? Si vous êtes membre d'un quelconque groupe virtuel de "Nhappies" vous avez forcément déjà lu les propos violents de certaines filles à l'égard d'autres qui baignent toujours dans le péché du défrisage. Le mouvement Nhappy est devenu exclusif et divise. Les "Nhappy girls" ont leur langage, leurs meetings, leur cercle virtuel et/ou réel auquel il ne manque plus que des cartes de membres. 

Les femmes qui se défrisent les cheveux ne sont que des conformistes voulant toujours plaire aux anciens colons et faisant des pieds et des mains pour respecter les normes de beauté imposées par la société..? Oui, il existe bien des critères de beauté imposés, oui ce sont bien des critères correspondant plus aux caucasiens et oui les cheveux lisses en font bien partie, mais NON toute femme qui se défrise les cheveux ne le fait pas toujours pour ressembler à une caucasienne. Je me souviens qu'au lycée, il y avait une petite poignée de filles qui gardaient leurs cheveux crépus au naturel. Elles recevaient mille compliments car leurs cheveux étaient effectivement très beaux. A l'époque je me fichais bien des normes beauté, je voulais avoir des cheveux comme elles. Mais qu'est-ce qui me freinait alors? L'entretien!!!!! Qu'on s'entende sur ce point, les cheveux crépus ça demande de l'entretien surtout quand ils sont longs et volumineux. Beaucoup de femmes noires ne sont pas obsédées par les cheveux lisses, elles ne rejettent pas la frisure. Elles rechignent à revenir au naturel à cause de l'investissement que cela demande. Oui parce que les cheveux crépus mal entretenus, surtout quand ils sont très courts je suis désolée, ça ne le fait pas! Je dirais même plus, c'est moche! Beaucoup s'obstinent encore à le nier sous crainte de se voir accuser de rejet culturel.  L'une des raisons pour lesquelles je n'ai pas "big choppé", c'est que je ne voulais pas passer par l'étape de transition où je n'aurais pas su me coiffer comme ces pros de youtube et que mes cheveux auraient été condamnés à rester à l'air libre et juste ressembler à rien.

Il est primordial que nous continuions d'imposer nous aussi nos critères de beauté en valorisant nos cheveux crépus et notre peau noire mais faut-il réduire toute la définition de la femme à la texture de ses cheveux? Notre culture est-elle portée en nous ou sur nos têtes? Selon moi, les cheveux crépus font partie de nous et racontent beaucoup de notre histoire mais toute notre identité culturelle se trouve également ailleurs que dans la crinière. Certaines ferventes Nhappy ne foulent jamais le sol de l'Afrique que le temps d'un été tandis que d'autres femmes aux cheveux défrisés n'ont jamais quitté ces terres.  Si une tolérance s'impose face aux choix d'autrui, c'est qu'il est nécessaire de rester unis. Eh oui, le "diviser pour mieux régner" reste malheureusement une formule gagnante.

Pourquoi ne pas terminer sur une note positive? Il n'y a tout de même pas que du mauvais dans le mouvement Nhappy! Beaucoup d'entre nous avons appris à redécouvrir nos cheveux, à découvrir la santé capillaire (pour ma part). Et parce qu'il permet également de plus en plus la reconnaissance de jeunes marques de cosmétiques locales, nous pouvons nous engager dans un combat plus imminent. Celui  de l'économie solidaire pour un développement réel du continent africain. 
Read More

dimanche 6 août 2017

Soin capillaire hydratant profond Avocat - Crème de coco



Une nouvelle recette de masque très simple à réaliser de manière hebdomadaire pour donner un second souffle à des cheveux très secs, cassants et ternes. Ce soin idéal pour procurer douceur et brillance à la chevelure se réalise en plus avec peu d'éléments, rien que l'essentiel !


Les ingrédients pour des cheveux mi-longs : 

  • Un avocat mûr
  • Trois cuillères à soupe de crème de coco
  • Une cuillère à soupe de miel
  • Cinq gouttes d'huile essentielle d'ylang-ylang

Il suffit de mixer le tout et votre masque est prêt. Appliquez sur longueurs humides (évitez le cuir chevelu) et laissez poser 30 minutes après avoir couvert la tête d'un bonnet en plastique. Rincez abondamment à l'eau et vous retrouverez vos cheveux bien hydratés et faciles à coiffer.


Pourquoi on aime : 

La richesse en vitamines et en gras de l'avocat en fait un ingrédient de choix pour donner de la vitalité aux cheveux. La crème de coco permet également de nourrir intensément. Avec ces deux premiers éléments très gras, plus besoin d'ajouter une huile dans le soin. Le miel apporte une touche émolliente et booste l'hydratation tandis que l'huile essentielle d'ylang-ylang à elle seule représente un soin idéal pour les cheveux très secs.
Ce soin est très facile à appliquer car bien compact, il ne coule pas et se rince très bien. L'odeur est également très agréable.



Laissez-vous tenter, efficacité garantie !
 

Read More

jeudi 15 juin 2017

La place des traditions africaines au sein des religions révélées

 Possotomé, un village habité par le Vaudou par Jérémie Evrard (Eco-Bénin)

Aujourd'hui, pas de recette pratique pour sublimer votre peau et vos cheveux, pas de conseils de beauté.. mais un sujet tout de même très important et intéressant à aborder. 
Nous consentons tous à dire que nous vivons une ère d'éveil et de désir de changement ardent pour les africains. Nous sommes aujourd'hui encore plus nombreux à avancer des arguments solides sur l'importance de la consommation locale, la richesse de notre continent, la beauté de notre culture, ... Mais il reste un sujet abordé de façon plus timide, c'est celui de la place de la culture africaine dans les religions révélées (je ferai ici un focus sur le vaudou et le christianisme).

Nul besoin de rappeler le rejet que subissent  nos rites et traditions ancestrales jugés obscurs et très loin de la volonté de Dieu, notamment par le christianisme. Pour ma part, depuis toute petite j'ai appris que mes ancêtres croyaient en plusieurs dieux, que le vaudou pratiqué par certaines ethnies était un culte voué aux démons mais qu'heureusement, les colons étaient parvenus à nous sauver de tout cela par l'évangélisation de nos territoires (en parallèle de la réduction à l'esclavage...).  Et je dois avouer que ces propos m'ont toujours paru très justes et ont fortement participé à m'orienter dans la foi. Le problème actuel est qu'en effectuant un minimum de recherches, on voit que la vérité n'est pas toujours ce qu'il y paraît. Par exemple, dans le cahier 27 de son petit manuel d'humanité, Jacques Henri PREVOST soulève un point important sur la signification réelle de ce que l'on appelle "fétiche", à savoir ce petit objet dit idolâtré dans la religion vaudou. Il explique que le petit objet représenterait en fait la demeure de l'esprit dont on chercherait à se rapprocher durant le rite. La demeure, et donc l'objet ne serait pas vénéré mais serait comme un moyen physique d'accéder à une divinité, de demander son aide, sa protection. Jacques Henri PREVOST revient également sur le polythéisme prétendu des religions ancestrales, toujours le vaudou en particulier. Il affirme que les entités célébrées durant les rites représenteraient les maîtres des différentes forces naturelles, elles ne seraient pas assimilables à des dieux mais plutôt à des saints. Les pratiquants du vaudou croiraient donc à une puissance surnaturelle suprême dont ils essaieraient de se rapprocher par l'intermédiaire de forces diverses. 
On peut d'une certaine manière faire l'amalgame entre la religion chrétienne (surtout le catholicisme) et le vaudou en considérant uniquement la forme. Le christianisme est également parfois perçu comme une religion d’idolâtrie car les images de la Bible comme la vierge Marie ou son fils Jésus sont représentables sous forme de statuettes. Mais lors de la prière, ce n'est pas l'objet qui est loué, c'est bien l'image spirituelle à laquelle elle est liée. De même, il existe plusieurs Saints dans la religion chrétienne qui sont souvent priés pour intercéder en la faveur des croyants auprès de la puissance suprême qui est le seul Dieu. 

Ces quelques informations font réagir sur la méconnaissance des religions traditionnelles au départ par les colons qui ont su changer le regard des descendants africains sur leurs propres traditions de façon radicale. Dans son célèbre livre Purple hibiscus, Chimamanda NGOZI ADICHIE revient sur l'écrasement de la culture africaine par le christianisme. A travers ses écrits elle fait fortement ressentir les efforts fournis par les occidentaux pour nous faire oublier qui nous sommes. Ce point est très important dans la recherche de la vérité dans la spiritualité. Il est en effet difficile de garder confiance en un concept qui a autrefois été utilisé pour nous asservir. Même si l'église a depuis demandé pardon pour le rôle qu'elle a pu jouer dans l'esclavage et qu'il est absolument nécessaire de dissocier l'homme qui a agit au nom de Dieu et la parole divine elle-même transcrite dans les saintes écritures, il reste à se demander si les religions ancestrales ont alors été condamnées à raison. Si non, où se trouve alors le vrai chemin à suivre?  
Je crois avec ferveur que l'Afrique est le berceau de l'humanité et de la spiritualité, mais pas la spiritualité qui nous a été décrite. Si aujourd'hui certains nous appellent les maudits de l'histoire, c'est parce que nous avons été contraints de renier ce que nous sommes et qu'on n'arrive à aller nulle part parce qu'on ne sait plus d'où l'on vient.  

Cet article n'a absolument pas pour but de donner une énième opportunité de se morfondre sur les méfaits de l'esclavage ou de cultiver une haine homme blanc/homme noir. L'asservissement des africains est abordé ici parce qu'il est impossible d'analyser nos problèmes sociaux actuels en ignorant l'esclavage qui fait partie intégrante de notre histoire. Cet article est là pour analyser la pertinence et la cohérence de nos beaux discours sur le retour aux sources africaines face à la pratique des religions révélées. Il ne s'agit pas de rejeter nos croyances actuelles mais il est question de se poser les bonnes questions, d'effectuer des recherches et d'orienter notre foi en âme et conscience, pour des raisons que nous avons choisies et non celles qui nous ont été imposées.






Pour plus d'informations ...

Art, Sciences, Hommes et Dieux, http://jacques.prevost.free.fr/cahiers/cahier_27.htm#a1
Purple hibiscus, Chimamanda NGOZI ADICHIE, 4th Estate, Great Britain, 2004
LaCroix, http://www.la-croix.com/Archives/2003-10-07/L-Eglise-d-Afrique-demande-pardon-pour-assumer-le-passe-esclavagiste-_NP_-2003-10-07-191953
Ecotourisme au Bénin, https://ecotourismebenin.wordpress.com/2017/03/06/possotome-un-village-habite-par-le-vaudou/
Read More

jeudi 11 mai 2017

Mon shampoing végétal anti-pellicules et démangeaisons



Les pellicules et démangeaisons peuvent survenir pour plusieurs raisons. Souvent ces maux proviennent d'un cuir chevelu étouffé, qui a besoin d'être détoxifié pour être mieux oxygéné. Le problème peut alors être résolu de diverses façons. MA méthode du moment est l'utilisation de poudres indiennes en shampoing végétal. 

L'avantage à utiliser les poudres ayurvédiques c'est qu'en plus de soulager les démangeaisons et faire disparaître les pellicules, je peux également stimuler la pousse de cheveux forts pour un épaississement général de la chevelure. Dans ma recette, j'associe plusieurs éléments : 


  • Deux cuillères à café de poudre de Shikakai qui est LA poudre lavante capillaire par excellence. Elle laisse les cheveux bien propres sans les dessécher.
  • Une cuillère à café de poudre de Sidr qui a également la propriété de bien laver, surtout associée au Shikakai. Sa richesse en mucilage permet également de démêler les cheveux. C'est un vrai conditionneur qui laisse les cheveux doux et brillants.
  • Une cuillère à café de poudre d'Amla qui stimule la pousse et régénère le cuir chevelu. Cela va permettre une cicatrisation d'éventuelles plaies superficielles.
  • Une cuillère à soupe de miel brut pour donner au shampoing un côté hydratant.
  • Cinq gouttes d'huile essentielle de menthe des champs, aussi rafraîchissante et apaisante que l'huile essentielle de menthe poivrée, mais pour un tarif plus bas...
  • De l'eau tiède

La préparation du shampoing est très simple. Il suffit de mélanger toutes les poudres dans un pot et d'y rajouter l'eau tiède de sorte à former une pâte de la consistance d'une pâte à crêpes à peu près. Je laisse reposer le shampoing cinq minutes au moins avant d'appliquer uniquement sur mon cuir chevelu humidifié. Je laisse agir 5 à 10 minutes puis je rince abondamment. J'aime réserver une petite partie du shampoing végétal pour appliquer sur les longueurs préalablement démêlées mais je ne laisse poser que quelques minutes. 

Après rinçage mes cheveux sont doux et je les sens propres, mais je réalise tout de même un masque hydratant par la suite, comme d'habitude. Cependant je n'applique le masque que sur les longueurs. 
Après utilisation hebdomadaire de ce shampoing végétal sur une période d'un mois au moins, le cuir chevelu va déjà mieux, il démange moins et respire enfin.
Read More

samedi 15 avril 2017

Quelles huiles pour nourrir le cuir chevelu sans l'étouffer



Pour ou contre graisser le cuir chevelu? Pour répondre à cette question il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Le cuir chevelu produit naturellement du sébum, il est donc tout à fait capable de se nourrir et se protéger lui-même. Si vous lui apportez de l'huile alors qu'il n'en n'a pas besoin, cela aura pour effet de l'étouffer, or l'oxygénation est un facteur clé dans la santé et la pousse des cheveux. Dans d'autres cas, il a besoin d'un apport en gras sinon il devient sec et déshydraté. 
Cet article a donc pour but de vous aider à reconnaître les besoins de votre cuir chevelu afin de les assouvir au mieux.


Dans quel cas nourrir le cuir chevelu

Pour savoir si oui ou non vous avez besoin de nourrir le cuir chevelu, un facteur à considérer est le climat. Si vous vivez en zone tropicale, chaude et humide, il n'a théoriquement besoin de rien. Mais parfois, même avec un climat favorable le cuir chevelu peut naturellement souffrir d'un défaut de production de sébum et donc de sécheresse et de démangeaisons.
Les levures responsables de l'apparition des pellicules se nourrissent de corps gras. Plus il y en a, plus elles se multiplient et "mangent" tout le gras. Ce qui fait apparaître plus de pellicules et de sécheresse. Ainsi, un cuir chevelu qui est surchargé d'huile peut paradoxalement avoir tendance à être sec, à démanger et présenter des pellicules. Un cuir chevelu qui souffre d'un manque de gras peut avoir exactement les mêmes symptômes. Il est donc difficile de se situer sur les origines de ses maux. Ce petit test peut vous aider : après le shampoing, n'hydratez et nourrissez que vos longueurs. Restez toute la semaine sans huile sur le crâne. Si vos démangeaisons ont diminué, que vous ressentez moins de sensation d'inconfort, tout va bien ! Par-contre si tout s'est aggravé et que vous ressentez des tiraillements, c'est qu'il vous faut graisser le cuir chevelu de temps en temps.


Quelles huiles pour nourrir le cuir chevelu

Même si le test ci-dessus vous confirme que vous devez nourrir votre cuir chevelu, ne le faites pas n'importe comment ni avec n'importe quoi. Oubliez le beurre de karité bien trop gras et lourd. Il représente l'exemple parfait d'un produit qui va étouffer et favoriser l'apparition de pellicules. De même, l'huile de coco pourtant aux milles vertus peut ne pas être la plus appropriée. Elle a un indice comédogène assez élevé et n'est donc pas l'huile végétale la plus légère qui existe.
L'huile de pépins de raisin est l'une des plus pénétrantes et vous conviendra mieux. Il en est de même pour l'huile de jojoba, d'hibiscus, baobab, kukui, macadamia, noisette, sapote, ricin, etc. Mais cette dernière a une texture visqueuse assez difficile à appliquer, elle peut être mélangée à une des autres huiles végétales listées précédemment.


Même si vous optez pour l'huile végétale la plus pénétrante qui soit, attention de toujours avoir la main légère et d'espacer vos applications. Celles-ci doivent être réalisées 2 à 3 fois par semaine selon vos besoins en massage du cuir chevelu par mouvements circulaires légers. Profitez-en pour vous relaxer et profiter du soin !
Read More
Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Bienvenue sur mon blog, un concentré de petits secrets pour construire sa beauté pas à pas et préserver son bien-être. "Saine et belle", c'est la vision d'une beauté 100% naturelle qui découle de la santé de l'organisme et qui défie les codes imposés par nos sociétés actuelles.

© Saine et belle, AllRightsReserved.

Designed by ScreenWritersArena